JUNEAU, EN ALASKA, ENVISAGE DE BANNIR LES BATEAUX DE CROISIèRE LES SAMEDIS

La capitale de l’Alaska, Juneau, va demander à ses citoyens lors d’un suffrage en octobre s’ils approuvent une proposition de bannir les bateaux de croisière les samedis à partir de l’année prochaine.

La proposition samedi sans bateau sera soumise au scrutin le 1er octobre dans cette municipalité de 32 000 habitants qui fait face à un grand afflux de touristes entre avril et octobre. Si elle est adoptée, l’initiative interdirait l'accostage des bateaux de 250 passagers et plus.

Tous les ans, les touristes arrivent par milliers à Juneau pour observer des merveilles comme le glacier Mendenhall, qui disparaît rapidement.

Mais de nombreux résidents s'inquiètent de l’augmentation du trafic maritime, des sentiers de randonnées bondés et du bruit constant des hélicoptères transportant les touristes vers des glaciers comme le Mendenhall.

Deborah Craig, qui vit depuis des décennies en face du canal où accostent les bateaux, appuie l’initiative. Elle entend les cornes de brume tôt le matin, et les annonces aux passagers résonnent de l’autre côté du canal. Elle estime que le nombre de passagers est étouffant et diminue ce que les habitants aiment tant à Juneau.

On veut préserver le style de vie qui nous garde ici à Juneau, l’air pur, l’eau propre, un environnement intact et un accès facile aux sentiers, aux sports nautiques et à la nature, dit-elle.

Une communauté qui dépend du tourisme

Ceux qui s’opposent à la proposition disent que cette limite sur le nombre de bateaux va nuire aux commerces locaux qui dépendent largement du tourisme, et pourrait ouvrir la voie à des poursuites judiciaires.

Une initiative similaire à Bar Harbor, au Maine, a été contestée devant un tribunal fédéral.

L’entrepreneure Laura McDonnell, qui possède la boutique de souvenirs Caribou Crossings au centre-ville de Juneau, dit que la saison estivale lui rapporte 98 % de ses revenus annuels. La communauté et les entreprises locales dépendent des croisiéristes, dit celle qui fait partie de la coalition Protégeons l'avenir de Juneau.

Selon Mme McDonnell, des écoles ont fermé récemment en raison d’une baisse des inscriptions, alors que la région fait face à des défis économiques : Je pense qu’en tant que communauté, nous devons évaluer ce qui est en jeu avec notre économie. Nous ne sommes pas en mesure de faire reculer notre économie.

L’industrie des croisières représentait 375 millions de dollars de dépenses directes à Juneau en 2023, la plupart étant attribuables aux dépenses des passagers, selon un rapport préparé pour la Ville par McKinley Research Group LLC. Le secteur a rapidement repris de la vigueur après deux années de pandémie, atteignant un record de 1,6 million de passagers en 2023.

Trouver des compromis

Au milieu de ce débat, la Ville cherche à trouver des compromis, dit la directrice du secteur du tourisme de Juneau, Alexandra Pierce. Ces solutions doivent aussi être régionales, selon elle. Si cette initiative est adoptée, elle aura des conséquences sur les autres communautés du sud-est de l’Alaska, car les bateaux de croisière devront accoster ailleurs s’ils ne peuvent plus s'arrêter à Juneau les samedis.

La Municipalité a conclu une entente cette année avec les principaux croisiéristes, incluant Carnival Corp., Disney Cruise Line, Norwegian Cruise Line et Royal Caribbean Group, limitant le nombre de grands bateaux à cinq par jour.

Un protocole récemment signé, qui entrera en vigueur en 2026, limitera le nombre de passagers journaliers à 16 000 du dimanche au vendredi, et à 12 000 les samedis.

Alexandra Pierce dit que le but ultime est d’accueillir environ 1,6 million de passagers par année, et de répartir le nombre de visiteurs par jour qui peuvent parfois atteindre 18 000 lors des journées très achalandées.

Le vice-président des relations gouvernementales et communautaires de la Cruise Lines International Association Alaska, Renee Limoge Reeve, dit que ces ententes signées avec Juneau sont les premières du genre en Alaska.

La meilleure stratégie, selon elle, est d’avoir un dialogue direct et permanent avec les communautés locales et de travailler ensemble afin de fournir une source de revenus prévisible pour les entreprises locales.

2024-07-08T21:53:05Z dg43tfdfdgfd